Je n’ai pas le temps de méditer !

Partout, on vous dit qu’il est bon de méditer pour aller mieux, se centrer, pour pouvoir observer vos émotions.
Mais, voilà, vous n’avez pas le temps. Comment intégrer une demi-heure de méditation dans un programme de journée surchargé. (les enfants, les courses, la maison, le travail, vous vous reconnaissez, n’est-ce pas ?). Ou alors, vous n’y arrivez pas parce que votre mental est trop bruyant, vous avez des idées plein la tête.

Je vous propose à la place les secondes de présences. Tout simplement y aller seconde par seconde. Une seconde à la fois. Une seconde de présence à soi.

Pour cela, je vous invite à observer la respiration physiologique automatique de votre corps physique.

Quand on se met à observer cette respiration physiologique, ça nous permet de prendre un petit peu de recul par rapport à l’identification à notre véhicule physique. Car nous ne sommes pas que cela, nous sommes aussi un corps mental, émotionnel.

Le premier pas à faire, est d’observer avec enchantement, émerveillement sans intervenir.

Les yeux ouverts, car ce n’est pas un exercice à faire, c’est plutôt une autre façon d’aborder la vie et de modifier notre quotidien.

Prendre conscience d’habiter un corps physique, émotionnel et mental qui respire automatiquement.

Ça se fait seconde par seconde.

Allez-y, là tout de suite, arrêtez de lire  et écouter votre respiration, sans jugement, sans critique, sans se dire je respire vite, ou lentement, ou comme cela …. sinon, c’est déjà une intervention que de la définir.

Ce que je propose c’est juste regarder . Que ce passe-t-il lorsque je respire ? Qu’est-ce qui bouge dans mon corps, que font mes épaules, qu’est-ce que je ressens ? Puis-je ressentir la douceur de l’air qui rentre par mes narines ?

Quand on arrive à faire cela pendant quelques secondes, une minute, il y a quelque chose qui se passe. Observez qu’après quelques minutes de respiration consciente, votre conscience se pose dans le cœur, le cœur énergétique au centre de votre poitrine.

Tout à coup c’est calme, l’agitation dans la tête se calme. Simplement, en acceptant de se taire, juste à être présent. On passe à une autre dimension de son être, on se place dans le cœur.

Lorsque vous êtes dans les embouteillages, dans une situation stressante, conflictuelle, une situation critique, si vous vous mettez à observer votre respiration, elle sera peut-être plus rapide, mais vous arriverez au même endroit. En quelques secondes, cette observation va influencer votre façon de vivre l’événement.

Prenez l’habitude de le faire très régulièrement, lorsqu’il n’y a pas de problèmes, afin que ça devienne un automatisme, et que vous y pensiez lorsque vous en aurez besoin.

Vous n’y arriverez peut-être pas tout de suite. Persévérez afin que cela devienne une habitude. Faites le lorsque vous épluchez vos carottes, lorsque vous mangez, vous admirez un paysage …

Le plus important, n’est pas le temps passé dans la journée à être conscient. C’est d’y revenir le plus souvent possible. La victoire est là Yesss,, j’y suis revenu. Cela faisait peut-être 20, 30 ans que vous étiez absent à vous-même, et là, vous venez d’être présent une seconde. C’est super.

Petit à petit, vous augmenterez les secondes de présence tout au long de la journée.

Avec cette façon de faire très simple, vous deviendrez autonome, pas besoin de suivre un stage, un cours pour savoir comment être une seconde de présence à la fois.
C’est gratuit. Pour changer de vie, vous n’aurez pas besoin de changer vos activités, de changer de conjoint, de déménager, de quitter votre emploi. Vous continuerez votre vie, c’est tout. Et c’est au-dedans que ça va changer, il y aura un changement incroyable à l’intérieur de vous. Et ainsi, vous regarderez la vie autrement.

Alors, avez-vous essayé les secondes de présence, qu’avez-vous ressenti ? Vous pouvez partager avec nous ci-dessous :

2 réflexions sur “Je n’ai pas le temps de méditer !”

  1. Pingback : Les 4 accords toltèques – Corps et coeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*